jeudi 18 octobre 2018

#31


Elle a tenu sa main pour soutenir le corps de l’autre qui menaçait de s’enfoncer, bien qu’à distance, sur cette plage de galets instables, personne n’aurait parié sur une quelconque force. Elles ont ri jusqu’à atteindre le haut du monticule qui les préserverait d’une chute honteuse.

Leurs tendons saillants et les plis sous leurs yeux rieurs révélaient un attachement que moi seule pouvait percevoir comme une attraction naissante, pour l’avoir déjà vécu il y a plusieurs vies de cela. Cet indéfectible besoin de toucher l’autre. Projeter ses baisers sur un épiderme encore inconnu. Planifier le contact de tout le reste comme on foulait la terre vierge des continents.

C’est sur cette plage venteuse réanimant un été bien merdique, que je m’étais donnée pour mission de les rapprocher, de les confronter à mon évidence : Deux d’entre nous devaient s’aimer sans conditions. Sans perfidie aucune, délesté des approches factices, des complots intérieurs, oubliant le ridicule d’un emballement, la peur d’un je t’aime ravalé. Accepter les stigmates qu’impose un tel investissement, se résoudre à éprouver, enfin.

Je voulais les voir s’amouracher avec la même ferveur qui me poussait, à contrario, à chasser le spectre de ma bribe plus si joyeuse qu’il me fallait condamner au silence forcé. Je n’ai jamais mieux aimée qu’en silence. Ainsi muselée, impossible d’offenser.

Brosser en paix, un portrait nostalgique, dépourvu des imperfections pour ne conserver que le goût d’un baiser à la longueur inhabituelle qu’on savait être le dernier. Et puis, dès que l’occasion se présente, la tête sur l’oreiller à l’aube d’un sommeil paradoxal, dans un wagon presque vide le regard paumé sur la page d’un livre qu’on lit machinalement sans en intégrer le sens, dans l’intérieur feutré d’une bagnole à l’arrêt camouflé des sons extérieurs, prendre le temps de revivre l’imperceptible des moments partagés, le vertige de ces joies grandioses à la lecture de son prénom, à l’écoute de son rire raillé qui surgissait en décalé sur mes blagues à la con. Plus qu’une chance, qu'elle donne désormais à d’autres, une empreinte.

L’automne. C’est arrivé. J’ai bien œuvré. Mes deux estivantes font à présent se soulever les tables des bars de leurs bras qui s’agrippent sans pudeur, pressées de fuir l’agitation ambiante, pour faire tout ce qu’on doit faire dans un début d’idylle avec l’excitation la plus pure. 

Je me régale de leur alliance qui me nourrit en retour et comble un palpitant qui ne s’anime que pour ses fonctions vitales. Faire circuler le sang d’une aorte à l’autre.




B.O. du #31

A PROPOS

Figure pluridisciplinaire de la nuit parisienne queer depuis une dizaine d’années, Juncutt organise sa première soirée en 2005 et rejoint le collectif Barbieturix avec lequel elle organisera les soirées « Clitorise » et « Better Fucking Girls » à la Flèche d’Or et au Social Club.

Elle dépeint pendant 5 ans, ses aventures nocturnes sur son blog « Smoking Kills », critique satirique et mélancolique et tourne en parallèle le « documentaire » à épisodes, intimiste et doux dingue « You Should Be Me ».

Maîtresse de cérémonie de la GASTON Queer Clubbing qu’elle organise avec Vainui de Castelbajac entre 2013 et 2015 ainsi que des PIMP MY GASTON au nuba.


Fourni par Blogger.